Hommage Républicain pour Alain Croce

Le Maire, Christian Amiraty et les membres du conseil municipal ont la tristesse de vous faire part du décès d’Alain Croce survenue le samedi 19 mai.

 

 

Alain Croce, adjoint au Maire de Gignac-la-Nerthe vient donc de nous quitter.

Un hommage Républicain sera rendu à cet homme profondément humaniste et proches des concitoyens, ce jeudi 24 mai à 12h45, place de la Mairie.

 

Le mot de Christian Amiraty, Maire de Gignac-la-Nerthe

« Alain CROCE vient de nous quitter.

Adjoint à la municipalité de Gignac-la-Nerthe, il aura consacré toute sa vie à défendre les autres. Les opprimés, les laissés pour compte.

Une vie admirable de militant syndicaliste, politique au sein de sa formation et un adjoint au Maire qui s’est entièrement dévoué aux Gignacaises et aux Gignacais durant 10 ans.

Un être profondément humain qui par ses convictions affirmées, son caractère bien trempé a toujours su rassembler autour de lui pour mener le combat contre la misère, l’injustice, l’intolérance et d’autres maux générés par notre société actuelle.

Il était mon Ami.

Repose en Paix Alain.

J’adresse mes condoléances à toute sa famille. »

————————————————–

Retrouvez Alain en images

————————————————-

N’oublions pas qui était Alain…
Alain est né le 30 avril 1951 à Marseille.

Il a passé 43 ans au sein de l’enseigne La Poste où il était facteur « multi-casquettes » dans le 2ème arrondissement de Marseille, assurant les fonctions de facteur mais aussi de syndicaliste.

Alain était un peu le philosophe marseillais du syndicalisme de « Lutte et de Classe » des temps modernes, adepte des longues luttes comme aimaient le décrire ses compagnons de luttes syndicales lors de son portrait brossé à l’occasion de son départ à la retraite.

Alain Croce était un inspiré de l’actualité de la vie de tous les jours, au style concis et aux formules frappantes.

Une étude approfondie de son œuvre pratique et philosophique, sociale et politique reste à faire de ce penseur-acteur qualifié de Marxien alors qu’il était un Marxiste de « L’Humain d’Abord »…
Humaniste cartésien version communiste, il était un « éveilleur d’esprit », passionné de liberté, qui avait appris à se méfier des idées toutes faites.
Pour lui, la capacité de jugement que donne la perception doit être en prise directe avec la réalité du monde.

Good Bye Alain, …

 

Partagez cet article: